Hommage au
Lieutenant-Colonel
Arnaud BELTRAME
visiteurs : 40161
 ACCUEIL
•  •  •  •  •  •
Dessin de Lucille CLERC
Hier - Aujourd'hui - Demain
•  •  •  •  •  •

Écouter la chanson
"Je suis CHARLIE"
de JB Bullet
•  •  •  •  •  •
OFFRES
•  •  •  •  •  •
AULNOY
•  •  •  •  •  •
LA GRANDE GUERRE
1914-1918
•  •  •  •  •  •
COMMANDES
•  •  •  •  •  •
AUNO RANDO
•  •  •  •  •  •
GENEALOGIE
•  •  •  •  •  •
•  •  •  •  •  •
 
LIENS EXTERNES
Aulnoy-lez-valenciennes  
 

CONCEPTION
webmastergille@bbox.fr
Total visiteurs sur AUNO-RANDO - 9024 - depuis mercredi 19 novembre 2014
 
Auno-Rando 2016
Président Daniel DUSART - Secrétaire Audrey MOULY - Trésorier Fulbert CHARLET
 
Périodes des marches : "2014" - "2015" - "2016" - "2017" - "2018"
Janvier  Février  Mars  Avril  Mai  Juin  Juillet  Août  Septembre   Octobre  Novembre  Décembre
(Cliquer sur le nom de la ville visitée pour mieux la connaître)


1er octobre - Avesnes le Sec
 
 
 
 
 
 
 
8 octobre - Landrecies - marche à la journée
 

 
 
Joseph-François Dupleix, né le 1er janvier 1697 à Landrecies et mort le 10 novembre 1763 à Paris, fut gouverneur de Pondichéry et commandant général des établissements français de l'Inde.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22 octobre - Mecquignies
 
Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866 (texte numérisé)
Mecquignies, noms anciens : Makeni, 1158, Cart. du Mont-Saint-Martin. - Mecquegnies, 1199, Le Carp , Pr. II, 85. - Mickegnies, 1323, 3e Cart. du Hainaut. - Meckegnies, XIVe siècle. - Meckingien. - Mecquingien, dans les titres flamands. - Mecqueguien. - Mequiny. - Mecquignies.
Monuments : Église fort ancienne ; certaines parties ont été construites en 1570.
La charpente offre un type, assez rare. Le château actuel est moderne.
Faits historiques : Paroisse du Hainaut dès 1186. Le chapitre de Maubeuge y conserva des biens et des droits féodaux jusqu'à la révolution. En 1789, sa cure avait pour succursale Obies, qui en fut séparée en l'an XL
Ce village n'avait que 315 habitans au commencement du dernier siècle; il en compte aujourd'hui 945.
Sa superficie consiste en 477 hectares , ainsi répartis : 285 en terres à labour, 41 en prés, 109 en vergers, 7 en jardins, 15 en terrains vagues, 5 en propriétés bâties, 13 en roules et chemins, et 2 en ruisseaux. La qualité du sol y est médiocre. On y cultive le blé, l'orge, le seigle, l'avoine, les féveroles et les pommes de terre. Son produit principal est le blé.
On trouve à Mecquignies 1 fabrique de clous , 1 brasserie et 1 moulin à farine.
Hameaux et lieux dits : Le Château. Hautimont. Le Chêne au Loup. Douaire. Les Bottiaux. La Grande-Rue. L'Adzout.
 
 
 
 
Eglise construite au Moyen Age et restaurée au 19e siècle à plusieurs reprises. La tour-clocher est reconstruite en 1893 par l'architecte Neulliès. L'église est composée d'un seul vaisseau, comprenant la nef, le choeur et la sacristie, disposés en enfilade, en retraits successifs. L'ensemble s'élève sur un seul niveau, construit en moellons de grès et comprend un chaînage de pierre de taille et des traces de corbeaux de pierre sur le mur sud. La tour-clocher s'élève en brique. L'ensemble du vaisseau est éclairé par de hautes fenêtres. L'ensemble est couvert d'une toiture à deux pans, avec pignon couvert pour la nef, toiture à deux pans pour le choeur, toiture à trois pans pour la sacristie. La tour-clocher est couverte d'une flèche polygonale. L'ensemble est couvert d'ardoise. La porte de l'église est une réutilisation et porte la date de 1721. Le tref (poutre de gloire) porte la date de 1888 et 1570.
 
 
 
 

Un château féodal, aujourd'hui détruit, aurait existé à Mecquignies au 15e siècle. La tradition orale situe la construction d'un autre château vers 1787. Le cadastre du consulat et celui de 1831 permettent la lecture d'un édifice aux dispositions différentes du château actuel, qui a été construit à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle par un architecte valenciennois. Il s'agit peut-être d'Armbruster, architecte actif dans la région à la fin du 19e siècle puis architecte de la ville de Bavay au début du 20e siècle, auteur de la maison patronale Evrard dite maison Virginette à Bellignies en 1904. Ensemble composé d'un château, de communs, d'une chapelle et d'une conciergerie. Le château est construit selon un plan en U, sur trois niveaux, fermé par un portique au premier niveau et précédé d'un escalier en fer à cheval. La construction est en brique. La pierre et le béton sont utilisés pour le chaînage, l'escalier, la terrasse et les colonnes du portique. Le premier niveau est souligné par la mise en oeuvre d'un bossage en pointe-de-diamant aux angles des deux ailes en retour d'équerre ainsi que sous les deux baies du premier niveau. Celles-ci sont composées d'une croisée à deux meneaux moulurés. Le portique comprend trois séries de deux colonnes à chapiteau toscan. L'entablement du portique est continu sur l'ensemble du bâtiment. Les deux étages carrés sont traités sobrement. Un entablement dorique et une balustrade couronnent l'élévation. Le corps central de l'élévation postérieure est également souligné par un bossage en pointe-de-diamant. Les ouvertures du premier niveau sont en arc en anse-de-panier. Deux niches sont disposées de part et d'autre de la porte couronnée par une marquise. Les communs sont disposés selon un plan en U. Les baies des deux ailes des deux élévations principales sont en anse de panier aplati. L'architrave est en accolade et retombe sur de fines colonnettes. Un relief décoratif de brique remplace le bandeau séparant le rez-de-chaussée du premier niveau. La toiture à deux pans est soulignée par un lambrequin. Une petite remise et une chapelle, construites en brique, complètent la disposition.

Sylvie Meunier, Brigitte Majer et Pierre Legrand

 
 
 
29 octobre - Hergnies
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jadis et Maintenant à AULNOY - Jean-Pierre DUSART Siège social Médiathèque François RABELAIS, rue Saint Juste à AULNOY-LEZ-VALENCIENNES
Copyright© 2018 tous droits réservés